Paris et région parisienne, privilégier les 2 roues motorisés  

En 2015, la mairie de Paris a mis en place des zones de circulation restreinte visant à limiter la circulation des véhicules d’un certain âge, y compris les 2 roues les plus anciens. À l’instar des villes de Grenoble, Rouen ou encore Nice, l’agglomération parisienne cherche donc à satisfaire la directive européenne sur la qualité de l’air que les États-membres ont déjà appliquée il y a longtemps. D’après les estimations de la Ville, cette mesure de pénalisation pour le moins rigoureuse concernerait pas moins de 870 000 voitures. Mais qu’en est-il des motos et autres 2 roues ? La FFMC nous dit que la mesure impacterait 200 000 motos dans la capitale française et 700 000 motocyclistes dans la région parisienne. 

Paris moto et scooter

Paris : pourquoi privilégier les 2 roues ?  

Depuis que les parties de Paris intramuros se densifient et deviennent plus encombrées, le coût de la conduite occasionné par le bouchon du trafic augmente considérablement. Il est donc indispensable que les Parisiens trouvent des alternatives plus efficaces aux voitures pour aller au travail, à l’école ou au centre commercial. Ils se tournent majoritairement vers les transports publics et les bicyclettes pour se rendre au centre-ville, mais utilisent aussi davantage les 2 roues motorisés, tels que motos, scooters et des moyens moins conventionnels comme un skate électrique ou une trottinette à moteur. En réalité, ce n’est pas un hasard si les 2 roues constituent le moyen de prédilection dans des villes comme Paris, où le coût de mobilité est excessivement élevé pour la plupart des habitants. Dans les villes françaises, le temps perdu dans le trafic est moins élevé, mais dans les deux cas, les deux roues offrent un certain nombre d’avantages par rapport aux autres moyens de transport. 

Une moto ou une motocyclette est avant tout moins chère à l’achat. Facile à utiliser et à garer, elle prend moins de place sur la route et peut circuler en inter-files (à condition de bien connaître la circulation). Cette capacité à rouler entre deux files de voitures permet donc aux deux roues de se déplacer plus rapidement dans des conditions de circulation encombrées. Un autre avantage des motos, c’est qu’elles constituent un moyen de transport privé. Disponibles sur demande, elles ne sont pas partagées avec des étrangers et permettent de se déplacer rapidement avec ses biens et bagages. 

De nombreux entrepreneurs ont d’ailleurs tiré parti de ces avantages des motos. Dernièrement, on voit sur Paris la multiplication constante des scooters en libre-service. Il s’agit de 2 roues électriques que l’on loue et déverrouille à l’aide de son smartphone, à la suite d’une réservation en ligne. Cityscoot, Mober, Coup, Autolib’, Mobike ou encore Troopy… Autant de loueurs qui permettent à chaque Parisien de profiter des avantages des 2 roues motorisés. Au fait, les motos et autres deux roues motorisés ont aussi des avantages sociaux : ils ne nécessitent pas de financement, utilisent largement les infrastructures routières existantes ; et il est probable que leur impact sur l’environnement (par passager et par kilomètre) est au moins égal à celui des bus et des trains. 

Par rapport aux deux roues non motorisés, les motos sont plus rapides et peuvent donc parcourir de plus longues distances. Ils permettent également de transporter un passager et des objets plus lourds.

En savoir plus sur les motos sur https://www.magestionvehicule.fr/

Des règles à respecter 

Comme nous l’avons vu, circuler sur Paris en moto ou en scooter apporte son lot d’avantages. Entre le fait d’éviter les embouteillages nombreux dans la capitale et le fait de trouver facilement un parking à chaque arrêt, les 2 roues constituent un moyen de mobilité idéal pour circuler dans une ville sujette aux bouchons. Cependant, sur votre scooter, rien ne vous dispense de respecter les règles de circulation ainsi que les différentes réglementations en vigueur concernant les files de circulation. 

Le respect des voies de circulation 

Le code de la route nous dit qu’il est interdit pour les deux roues de circuler sur les pistes cyclables et les voies réservées aux vus. Et comme vous vous en doutez bien, le fait de contrevenir à ces règles est passible d’amendes : 

  • de 90 à 375 € pour avoir circulé dans un couloir de bus ; 
  • de 150 € pour avoir circulé une piste cyclable ; 
  • de 135 pour avoir roulé sur le trottoir. 

Certes, tous les comportements déviés ne sont pas verbalisés par les agents policiers de la circulation. Mais l’essentiel est de faire preuve de courtoisie et de respect envers les autres usagers de la route. 

La circulation inter-files 

Auparavant interdite dans les régions françaises, la circulation inter-files est désormais monnaie courante après son autorisation sur Paris et en Ile de France, ainsi que dans quelques autres départements de l’Hexagone. Mais l’autorisation de circuler entre les files est soumise à quelques conditions : 

  • la circulation inter-files est admise uniquement lorsque le trafic est dense sur toutes les voies ; 
  • la distance entre les véhicules doit être suffisante pour circuler en inter-files ; 
  • la distance entre les 2 roues circulant entre les files doit être respectée ; 
  • le 2 roues ne doit pas circuler avant de demander le passage aux automobilistes ; 
  • il est interdit de dépasser une autre moto qui circule elle aussi en inter-files ; 
  • le deux roues doit reprendre sa voie normale lorsque le trafic se fluidifie et que la vitesse des voitures dépasse les 40 km/h. 
  • le motard doit constamment adapter sa vitesse aux conditions de circulation, même s’il circule en inter-files.

Il est également possible de se déplacer en bmw z4 coupe E86 dans Paris 😉